Éditorial de la Présidente

17 octobre 2018

Chers membres,

Suite à la dernière rencontre du conseil d’administration tenue le 1er octobre dernier, il me fait grand plaisir de vous partager les grandes lignes de ce qui occupe notre planche à dessin.

Suivi des dernières journées scientifiques et clin d’œil sur les 41es

Nous avons lu avec attention tous les commentaires reçus suite aux 40es Journées scientifiques. Somme toute, vous avez apprécié votre congrès et nous en sommes très heureuses. Comme à chaque année, plusieurs d’entre vous mentionnent que les conférences en anglais avec traduction sont parfois pénibles, sachez que nous portons une attention particulière à fournir aux interprètes la présentation à l’avance, lorsque disponible, afin qu’ils se préparent. Toutefois, il faut garder en tête qu’il s’agit d’interprétation simultanée et non pas de traduction. Nous avons effectué plusieurs recherches d’entreprises d’interprétation dans le domaine médical ou de la prévention des infections, et jusqu’à maintenant il s’agit de l’option la plus appropriée que nous ayons trouvée. Nous tentons de vous offrir des conférences scientifiques basées sur les dernières données probantes et applicables dans nos milieux de soins québécois. Malheureusement ces experts, pour la plupart, publient et donnent des conférences uniquement en anglais. C’est une réalité à laquelle nous devons faire face de plus en plus fréquemment.

Nous tentons également d’offrir une programmation variée touchant divers sujets en PCI, mais aussi qui y sont étroitement liés. Suite aux fusions des établissements en 2015, plusieurs services de PCI doivent maintenant composer avec de nouvelles réalités et soutenir des secteurs d’activités auparavant non-desservis. Dans le reste du Canada, la PCI englobe le nosocomial, la santé et sécurité du travail et la santé publique. Nous gardons le cap sur le nosocomial tout en faisant preuve d’ouverture à d’autres sujets connexes, comme par exemple ceux qui touchent la pratique infirmière avancée en général. Vous possédez tous et toutes des connaissances différentes, à différents niveaux, entre novices et expert(e)s. Le défi est de trouver l’équilibre entre les projets fantastiques des membres et les conférenciers anglophones et internationaux, entre le réseautage, la visite des exposants et les heures de formation, entre le plaisir et le travail. Nous travaillons avec acharnement à rendre vos 41es Journées scientifiques aussi uniques que vous… préparez-vous à en voir de toutes les couleurs!

Dossier de la spécialité

Le dossier de la spécialité en PCI étant au cœur de nos préoccupations, une rencontre a eu lieu avec la direction nationale des soins infirmiers les 17 et 28 septembre derniers afin de partager plusieurs préoccupations quant au faible nombre d’infirmières détentrices d’un certificat de spécialiste. En effet, depuis la création du titre d’infirmière clinicienne spécialisée en PCI (ICS-PCI), l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) n’a émis que 37 certificats, incluant la cuvée 2018 et les 19 infirmières qui l’ont obtenu via la clause transitoire en 2011. L’AIPI vous avait d’ailleurs soumis en 2016 un sondage pour prendre connaissance de vos préoccupations, de vos craintes et de ce qui vous motiverait à poursuivre vos études au 2e cycle universitaire. Des enjeux d’accessibilité au programme de formation, d’échelle salariale, de libération de l’employeur, d’incitatif financier et de manque de clarté dans la définition du rôle de l’ICS-PCI, de même qu’un certain flou en ce qui concerne l’avenir – DESS ou maîtrise, examen ou non – ont alors été recensés. À l’âge de 7 ans seulement, notre spécialité est-elle déjà à bout de souffle?

Comme vous le savez, le contexte politique n’est pas des plus favorable actuellement pour faire cheminer un tel dossier. Le changement de gouvernement, ainsi qu’à la présidence de l’OIIQ, ne permettent pas présentement d’adresser ces préoccupations et d’espérer des avancements importants. Sachez toutefois que la pratique avancée en soins infirmiers est une des priorités de la DSI nationale et des rencontres mensuelles sont déjà prévues pour assurer le suivi du dossier au MSSS. De plus, en cohérence avec notre mission d’améliorer la qualité et la sécurité des soins dans l’ensemble du réseau québécois de la santé, et ce, en soutenant les compétences des infirmières affectées à la PCI et des différents acteurs du réseau, plusieurs perches ont été tendues notamment auprès des maisons d’enseignement et de l’OIIQ. Nous vous tiendrons informés régulièrement des développements, et un appel aux membres sera fait dès le retour d’un contexte politique plus propice pour constituer un comité d’ICS-PCI, tel que proposé à la dernière assemblée générale annuelle.

D’ici là, gardons la tête hors de l’eau, soyons solidaires, travaillons en équipe et misons sur nos forces pour maintenir notre spécialité en bonne santé!

 

Geneviève Campbell, inf. M. Sc., ICS-PCI

Présidente